BiographieChine
Puyi,
Empereur
(Pékin - Chine, 7 février 1906 || Pékin - Chine, 17 octobre 1967)

PuyiDe la famille régnante mandchoue Aisin-Gioro, Puyi fut (sous le nom de règne de Xuantong) le dernier Empereur de Chine entre 1908 et 1924, et le douzième empereur de la dynastie Qing.

Il a été marié à l’impératrice Gobulo Wang Rong d'après une suggestion de la concubine impériale Duan Kang. Plus tard entre 1934 et 1945, il a été l’empereur Kangde du Mandchoukouo, un état fantoche créé pendant l'occupation japonaise de la mandchourie, d'où était originaire la dynastie Qing. Sous la République populaire de Chine, il a été membre de la Conférence Consultative Politique du Peuple Chinois, de 1964 jusqu’à sa mort en 1967, sous le nom chinois de Aixinjuelo (Aisin-Gioro) Puyi. Son abdication en 1911 a marqué la fin du régime impérial en Chine. Xuantong est largement connu comme le "dernier Empereur".

Ancêtre paternels
L’arrière-grand-père de Puyi était l’empereur de Daoguang (1820-1850), qui a été succédé par son quatrième fils, qui est devenu l’empereur de Xianfeng.

Le grand-père paternel de Puyi était le 1er prince Chun (1840-1891), qui était un fils de l’empereur Daoguang et un jeune demi-frère de l’empereur Xianfeng, mais pas le premier dans la lignée après Xianfeng (le 1er prince Chun a eu des demi-frères plus âgés qui étaient plus proches de l’âge de Xianfeng). Xianfeng eut pour successeur l'empereur Tongzhi (1861-1875), son seul fils. Tongzhi est mort sans avoir de fils et a été succédé par l’empereur Guangxu (1875-1908), le fils du 1er prince Chun et son épouse, qui était la plus jeune sœur de l’impératrice Cixi Guangxu est mort sans héritier.

Puyi, qui a succédé à Guangxu, était le fils le plus âgé du 2e prince Chun (1883-1951), qui était le fils du 1er prince Chun et de sa deuxième concubine, Madame Lingiya (1866-1925). Celle-ci était bonne au manoir du 1er prince Chun dont le nom chinois original était Liu ; celui-ci a été changé en Lingiya, un nom du clan Mandchou quand elle est devenue Mandchou. Le 2e prince Chun était, donc, le plus jeune demi-frère de l’empereur Guangxu et le premier frère dans la lignée après Guangxu.

Puyi était dans une branche de la famille impériale liée étroitement à Cixi, qui était elle-même Mandchou du clan de Yehe-Nara (la famille impériale était le clan Aisin-Gioro). Cixi maria la fille de son frère à son neveu Guangxu, qui est devenu, après la mort de Guangxu et de Cixi, Longyu, l’impératrice (1863-1913).

Il est intéressant de noter que le frère le moins connu de Puyi, Pu Xuezhai, est un important maître de l’instrument traditionnel musical Guqin.

Empereur de Chine de 1908- 1924
Choisi par l’impératrice Cixi alors qu’elle était sur son lit de mort, Puyi est monté sur le trône à l’âge de 2 ans et 10 mois en décembre 1908 immédiatement après la mort de son oncle, le 14 novembre. Son père, le 2e prince Chun, a servi comme régent jusqu’au 6 décembre 1911 quand l’impératrice Longyu lui a succédé face à la révolution de Xinhai.

L’impératrice Longyu a signé « l’acte d’abdication de l’empereur du grand Qing », le 12 février 1912, durant la révolution de Xinhai, aux terme d'une négociation conduite par Yuan Shikai entre la cour impériale à Pékin et les républicains dans le sud de la Chine. D'après les «articles de traitement favorable de l’empereur du grand Qing après son abdication » signés avec la Nouvelle République de Chine, Puyi devait conserver son titre impérial et être traité par le gouvernement de la Chine avec le protocole attaché à un monarque étranger. Ceci était similaire aux lois de garantie d’Italie (1870) qui accordaient au Pape certains honneurs et privilèges similaires à ceux appréciés par le roi d’Italie. On a permis à Puyi et à la cour impériale de rester dans la moitié nord de la Cité interdite (les appartements privés) ainsi que dans le Palais d’été. Un subside annuel de 4 millions de dollars a été accordé par la République à la maison impériale, bien qu’il n’ait jamais été entièrement payé et ait été supprimés au bout de quelques années.

Brève restauration (1917)
En 1917, du 1er juillet au 12 juillet, Zhang Un, un seigneur de guerre, a restauré Puyi sur le trône pour les 12 jours . Les résidents masculins de Pékin ont acheté à la hâte quelques fausses nattes pour éviter la punition pour l'avoir coupée en 1912 (lors de l'abdication de l'Empereur) . Durant ces 12 jours, une petite bombe a été larguée au-dessus de la Cité interdite par un avion républicain, causant des dommages mineurs. Ceci a été considéré comme le premier bombardement aérien en Asie de l’Est. La restitution a échoué à cause de l’opposition à travers la Chine, et l’intervention décisive d’un autre chef militaire Duan Qirui. À la mi-juillet, les rues de Pékin étaient remplies de milliers de fausses queues qui avaient été jetées à la hâte comme elles avaient été achetées.

Puy a été expulsé de la Cité interdite de Pékin en 1924 par le seigneur de guerre Feng Yuxiang.

Dirigeant du Mandchoukouo (1932-1945)
Le 1er mars 1932, Puy fut installé par les Japonais comme dirigeant, sous le nom de Datong, du Mandchoukouo, considéré par beaucoup d’historiens comme une marionnette du Japon impérial. En 1934, il a été officiellement couronné empereur de Mandchoukouo sous le titre régner de Kangde. Il était constamment en désaccord avec les Japonais en privé, mais très docile en public. Il a été offensé « d’être à la tête de l’état » et ensuite « Empereur de Mandchoukouo » plutôt que d’être entièrement ré-institué comme empereur Qing. En tant qu’élément du colonialisme japonais dans le Mandchoukouo, Puyi pouvait vivre dans le Wei Huang Gong durant ce temps. Lors de son intronisation, les japonais voulaient qu’il porte un uniforme du Mandchoukouo, ce qu'il considérait comme une insulte, alors que la tradition de la dynastie Qing était de porter des robes longues. Dans un compromis typique, il a porté un uniforme à son intronisation et une robe de dragon à l’annonce de son accession à l‘autel du paradis. Son frère Pujie, qui a marié Hiro Saga, une cousine éloignée de l’empereur japonais Hirohito, a été proclamé leur héritier.

Durant le règne de Puyi comme empereur de Mandchoukouo, sa maison était étroitement contrôlée par les Japonais, qui ont pris mené une politique de japonisation de la Manchourie, comme cela avait été fait en Corée et ailleurs. Quant Puyi fait une visite d’état à Tokyo, il a été embarrassé des flatteries de la famille impériale japonaise. Lors d’une revue, il a même remercié l’empereur Hirohito d’avoir donné des cieux et un soleil clair pour l’évènement. Durant ces années vides, il a commencé à avoir un grand intérêt pour le bouddhisme. Cependant, le Japon l’a forcé à faire du Shintoïsme la religion nationale du Mandchoukouo. Progressivement, ses vieux compagnons ont été éliminés et remplacés par des ministres pro-japonais. Durant cette période, sa vie consistait la plupart du temps à signer des lois préparées par les Japonais, à réciter des prières, à consulter des oracles et à faire des visites formelles dans tout son royaume.

Sa vie d’après (1945-1967)
À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Puyi a été capturé par les Soviétiques (1945). Il a témoigné au procès des crimes de guerre à Tokyo (1945). Ils l’ont blessé dans son ressentiment par rapport à la façon dont il avait été traité par les Japonais. Quand les communistes chinois sous Mao Zedong sont arrivés au pouvoir en 1949, Puyi écrivit à Joseph Staline pour lui demander de ne pas le renvoyer en Chine. Il a écrit aussi sur son nouveau mode de vie, changé par la lecture de Karl Marx et Lénine, qu’il avait lu en prison. Cependant, Staline voulant resserrer ses relations avec «son nouvel ami politique Mao », a rapatrié l’ancien empereur de Chine en 1950. Puyi passé 10 ans dans un camp de rééducation à Fushun, dans la province de Liaoning jusqu’à ce qu’il fut déclaré réformé. Il a exprimé son soutien aux communistes et un emploi lui est fourni au jardin botanique de Pékin. Il est devenu membre de la Conférence consultative politique populaire chinoise, dans laquelle il a servi de 1964 jusqu’à sa mort. Il a écrit une autobiographie « La première moitié de ma vie » en 1960 et est mort à Pékin d'un cancer des reins en 1967 durant la Révolution culturelle.

Famille
Puyi a eu plusieurs frères, deux qui ont été importants pour l’histoire de la Chine et de la dynastie Qin :
  • Pujie (1907-1994), qui a eu un rôle mineur dans le gouvernement.
  • Puren (qui plus tard a pris le nom de Jin Youzhi), le plus jeune demi-frère, né après que la famille impériale ait perdu le pouvoir.
Deux épouses
  • Gobele Wong Rong, l’impératrice (1906-1946).
  • Li Shuxian, infirmière. Mariage arrangé par le gouvernement communiste.
Trois concubines
  • - Wen Xiu, la concubine impériale de Shu (1907-1951).
  • Tan Yuling, la concubine Xiang (1922-1944).
  • Li Yuqin, la concubine Fu (1928-2001).
En détail
En 1922, à l’âge de 16 ans, Puyi a épousé deux femmes. Son premier choix d'épouse a été Wen Xi (1907-1951), que les officiels de la cour ont considéré comme pas assez belle pour être impératrice ; Wen Xi a été désigné comme concubine, et a divorcé par la suite en 1931. Le second choix de Puyi a été Wang Rong (1906-1946), qui est devenue impératrice ; elle mourra plus tard d'une overdose d’opium dans une prison chinoise.

Sa troisième épouse a été Tan Yuling, qu’il a épousé vers 1939. Bien qu’adolescente lors du mariage, elle est morte mystérieusement 6 ans plus tard alors qu’elle était traitée par un docteur japonais.

En 1943, Puyi a épousé sa quatrième femme, une étudiante de 15 ans nommée Li Yuqin (1928-2001). Elle a divorcé en 1958. Une cirrhose été diagnostiquée en 1955 ; elle est décédée 6 ans après à l’âge de 73 ans.

En 1962, il a épousé sa cinquième et dernière femme, une infirmière Han (ethnie majoritaire en Chine), Li Shuxian (1925-1997), décédée d’un cancer du poumon en 1997.

L’empereur n’a eu aucun enfant.