Recherche

8117 chronologies trouvées pour le mot - William Ugeux -

Chronologies : 1171 à 1180 sur 8117

14 Mai 1940

France France Belgique Belgique

Les blindés allemands traversent la Meuse à Sedan et Dinant.

14 Mai 1940

France France

Pendant toute la journée, environ 200 bombardiers alliés vont s'acharner, sans résultat, sur les ponts du génie allemand que le général Heinz Guderian a fait construire sur la Meuse, de part et d'autre de Sedan, et vers lesquels afluent des dizaines de milliers de véhicules et des renforts allemands. Des 85 avions alliés abattus par la FlaK, 35 sont de la Royal Air Force.

A Sedan, la contre-attaque de la 3ème DCR échoue lamentablement. En moins d'une heure, la division cuirassée perd 80% de ses blindés du fait des bombardiers en piquée Ju-87 Stuka.

Dans l'après-midi, Guderian concentre sur la rive gauche de la Meuse la quasi-totalité de son 19ème Panzerkorps.

14 Mai 1940

Norvège Norvège

Un transport transportant une grande partie de la 24e brigade britannique de gardes pour rejoindre les forces tenues au sud de Narvik est bombardé et coulé par les Allemands. Beaucoup d'équipement est perdu.

14 Mai 1940

Pays-Bas Pays-Bas

Rotterdam est victime d'une tragique méprise. Les Allemands remettent un ultimatum au gouvernement néerlandais, lui enjoignant de capituler sous peine de voir anéantir la ville par la Luftwaffe.

Les Hollandais acceptent les conditions de leur capitulation, mais ils ne peuvent empêcher la Luftwaffe de décoller à l'heure dite.

L'ordre d'annulation du raid parvient bien à la plupart des escadrilles de bombardement, mais certaines d'entre-elles ne le reçoivent pas et poursuivent leur mission, malgré les efforts des Allemands pour leur faire rebrousser chemin.

Rotterdam est bombardée à 13h30. C'est le centre et les quartiers orientaux qui sont le plus touchés. Le nombre des victimes civiles reste à ce jour indéterminé, approchant sans doute le millier de morts. Plus de 3000 blessés et 75000 sans-abris.

Le commandement suprême des forces néerlandaises acceptent les conditions allemandes et signera l'acte de capitulation sans condition des Pays-Bas le lendemain matin.

La reine Willhelmine et son gouvernement se réfugient à Londres.

14 Mai 1940

Grande-Bretagne Grande-Bretagne

Le recrutement commence pour les volontaires locaux de la défense.

14 Mai 1940

Belgique Belgique

16h. Les blindés français, prêts à contre-attaquer les Allemands qui ont percé la veille sur la Meuse, entre Dinant et Sedan, reçoivent le contre-ordre de se disperser sur un front de 20km.

La 9ème Armée française du général André Corap se replie en désordre sur Rocroi.

Dans le secteur de la 6ème Armée allemande, le général Walter von Reichenau reçoit l'ordre d'attaquer les positions ennemies entre Louvain et Namur. L'offensive est prévue pour le lendemain à l'aube.

Le secteur Gembloux-Ernage est défendu par le 4ème Corps français, avec la 1ère Division marocaine et la 15ème Division d'infanterie motorisée.

La trouée de Gembloux ("The Gembloux Gap"), qui donne accès à la vallée de la Sambre, est verrouillée par un millier d'hommes du 1er Bataillon / 7ème Régiment de Tirailleurs Marocains (RTM) et du 3ème Bataillon / 2ème RTM.

A l'aube, le 16ème Korps motorisé de Hoepner, composé des 3ème et 4ème Divisions panzers, déclenche son offensive prévue contre les deux bataillons marocains.

Les deux divisions blindées allemandes totalisent 20000 hommes et 750 chars.

Martelés par les Ju-87, contre des forces blindées très supérieures en nombre, les Marocains vont pourtant résister pendant deux jours aux coups de massues des Allemands.

Les pertes sont terribles des deux côtés.

Dans la soirée du 15 mai, contre-attaqués par des blindés de la 15ème Division d'infanterie motorisée, venue en renfort, les Allemands devront arrêter les frais et se retirer.

La Wehrmacht subira là son premier échec de la guerre.

Mais malheureusement, le sacrifices des Tirailleurs Marocains se révèlera vain. En effet, débordée par ses flancs nord et sud, la 1ère Armée française reçoit l'ordre d'abandonner ses positions vers une nouvelle ligne de défense moins exposée.

Sur les 1000 Tirailleurs marocains engagés, seule une centaine d'entre-eux s'en sortiront vivant.

En France, cette victoire héroïque, bien qu'inutile, tombera dans l'oubli, elle ne figure même pas dans les manuels ou livres d'histoire sur la Seconde Guerre mondiale. Les Belges, eux, n'ont pas oublié ce sacrifice des Tirailleurs marocains.

Entre Dinant et Sedan, les Allemands ont maintenant ouvert une brêche de 80km de large.

15 Mai 1940

Belgique Belgique

Le général Billotte, commandant le 1er Groupe d'armées françaises, décide d'abandonner la ligne de la Dyle par rapport aux attaques de Reichenau. Son supérieur, le général Georges, est d'accord avec la décision et commence maintenant à perdre son sang-froid. À ce stade, Gamelin, le commandant suprême, reste inconscient et confiant. Les forces blindées allemandes poussent en avant, encouragées à tout moment par leurs commandants en ayant un contrôle parfait de la situation. Leur élan est maintenu par cette conduite.

Les Allemands détruisent le 1er Bataillon du 7ème RTM et s'emparent d'Ernage, entre Gembloux et Perbais.

Mais les 13ème et 35ème Bataillons de Chars de Combat du GBC 515, 45 Hotchkiss H35 et 45 Renault R35, arrivés en renforts, lancent une contre-attaque et chassent les Allemands de la localité.

Plus au nord, dans le secteur du BEF de Lord Gort, Louvain tombe aux mains de la 6ème Armée allemande.

15 Mai 1940

France France

L'atmosphère optimiste au quartier général français est en partie dissipée par les nouvelles que les blindés de Guderian ont atteint Montcornet à moins de 24 km de Laon. Le général Maurice Gamelin en rend compte immédiatement à Edouard Daladier, ministre de la Défense nationale, qui ordonne de contre-attaquer aussitôt.

Gamelin répond qu'il n'a plus aucune réserve. L'Armée française a en fait atteint son point de rupture. Guderian reçoit l'ordre de stopper ici, mais après de vigoureuses réclamations il est autorisé à continuer un jour de plus.

Paris. A 7h30, le Président du Conseil Reynaud téléphone au Premier ministre britannique Winston Churchill pour lui dire:
"We have been defeated! We have lost the battle!" (Nous sommes vaincus! Nous avons perdu la bataille!)

15 Mai 1940

Grande-Bretagne Grande-Bretagne

C'est un jour essentiel et symbolique pour plusieurs raisons. Lors des réunions cruciales des chefs du comité de l'état-major et du cabinet de guerre, le maréchal Dowding débat fortement contre l'envoi de plus d'équipages de la RAF en France. Malgré une forte opposition, Dowding réussi. La décision est prise également d'envoyer le premier raid stratégique de bombardement contre la Ruhr (Allemagne). Churchill envoie le premier d'une longue série de télégrammes à Roosevelt. Il demande à maintes reprises l'aide américaine, pour travailler à développer de bonnes relations avec Roosevelt et surtout de pousser les Américains à participer activement à l'effort de guerre. Lors d'un premier message, il remet une liste d'achats où se trouve de vieux destroyers et des avions, ainsi que d'autres armes.

15 Mai 1940

Pays-Bas Pays-Bas

L'armée hollandaise capitule à 11 heures ce qui place la 7ème Armée française dans une situation périlleuse, dans la région Breda-Anvers. .